Touché par un cancer depuis 2017, Bernard Tapie n’a jamais hésité à en parler publiquement, souhaitant lever les tabous existant autour de cette maladie.

Ses dernières apparitions publiques l’avaient montré très affaibli, mais lorsqu’il était interrogé, Bernard Tapie martelait sans cesse son combat contre le cancer. « Si vous êtes au lit du matin au soir en vous disant je ne peux pas me lever, vous êtes mort », lançait-il il y a quelques mois, la voix complètement cassée, visiblement malade, mais toujours dynamique.

Il est mort dimanche à l’âge de 78 ans, de ce cancer dont il souffrait depuis 2017. Et si au cours de sa vie il a été homme d’affaires, ministre, acteur, patron de presse ou encore dirigeant de club, pour certains, en choisissant de médiatiser sa maladie, il a aussi servi d’exemple pour d’autres malades.

« Trouver la force de lutter contre leur maladie »

« En écoutant Bernard Tapie, ils pouvaient entendre un mode de réponse à la maladie, celui de ne pas se laisser faire, celui de prendre le taureau par les cornes, de parler avec son médecin », raconte sur BFMTV Steven Le Gouill, directeur de l’ensemble hospitalier de l’institut Curie, centre de recherche et de lutte contre le cancer. Il « a permis sans doute à d’autres patients de trouver la force de lutter contre leur maladie, même si ce n’était pas le même cancer, de se retrouver dans son discours ».

Dimanche, la ligue du cancer a également salué dans un tweet « la manière dont il a médiatisé sa lutte contre la maladie pour lever les tabous qui y sont liés ».

« La manière dont vous en parlez fait du bien à nos malades »

En janvier 2020 sur BFMTV, Bernard Tapie racontait avoir été invité par le doyen de la faculté de Nice (Alpes-Maritimes) pour être le parrain de la promotion des nouveaux médecins. L’universitaire lui aurait déclaré alors, « la manière dont vous en parlez fait du bien à nos malades ».

« Le cancer c’est quelque chose qu’il faut taire, la preuve c’est qu’on ne l’appelle pas comme ça, on l’appelle une ‘longue maladie’. Il est temps de rendre possible le fait d’en parler, ça rend service aux médecins et aux malades », avait-il ensuite déclaré.

« Ce combat, on va le prolonger nous, la famille », a assuré Stéphane Tapie, son fils, sur BFMTV dimanche. « C’est un combat qu’il faut mener, ce petit crabe endeuille beaucoup trop de familles. C’est à nous de prendre le relais et de continuer ce combat. De quelle manière on ne sait pas encore mais on va le faire. »

Salomé Vincendon

Salomé Vincendon Journaliste BFMTV





Source [ BFMTV ]